Le rôle du député

Le député exerce trois principaux rôles dans un style qui lui est propre et qui reflète non seulement sa personnalité, son expérience et sa formation, mais aussi sa situation d’un côté ou de l’autre de l’Assemblée, sa position dans le parti et la région qu’il représente. L’activité première du député est sa participation au processus législatif. En tant que législateur, il étudie, analyse et vote les projets de loi à l’Assemblée nationale. Ce rôle se joue en plusieurs étapes, tant à l’Assemblée qu’en commission parlementaire. En deuxième lieu, en tant que contrôleur de l’action gouvernementale, le député a plusieurs moyens mis à sa disposition autant à l’Assemblée qu’au sein des commissions parlementaires pour interroger le gouvernement sur ses actes. En troisième lieu, il exerce un rôle d’intermédiaire entre ses électeurs et l’administration publique. Il s’assure que sa communauté reçoive sa juste part des programmes publics. À la fois ombudsman, médiateur, agent d’information ou animateur, il est le représentant de tous ses électeurs au-delà de toute affiliation politique. À l’écoute des besoins de ses concitoyens sans oublier ses autres tâches, il partage son temps entre le Parlement et sa circonscription.

Source : Assemblée nationale

Pour moi, le rôle qui domine tous les autres est sans contredit celui de représenter les gens de mon comté auprès de l’administration publique. Comme on l’a vu plus haut, sur le site de l’Assemblée on utilise le terme « intermédiaire ». Pour ma part, je préfère celui de représentant. À mon avis, il traduit mieux ce que je fais et il suppose une action qui vise à faire valoir les besoins de ma circonscription et à défendre les intérêts des citoyens qui m’en ont donné le mandat.

C’est en vertu de ce troisième rôle qu’avec l’aide de mon équipe, je traite quotidiennement les différentes demandes qui me sont adressées par les citoyens d’Abitibi-Ouest. Des citoyens à la recherche d’information, qui rencontrent des difficultés avec les services gouvernementaux (aide sociale, CSST, revenu, RRQ, éducation, etc.), qui ont des demandes spécifiques, qui veulent réaliser un projet, qui souhaitent se plaindre à l’égard du gouvernement, déposer une pétition à l’Assemblée nationale1 ou encore qui désirent faire modifier une loi ou un règlement.

Il s’agit ici de quelques exemples et non d’une liste exhaustive des questions auxquelles je suis appelé à répondre. Si vous avez des difficultés avec les services publics ou souhaitez me sensibiliser à une question qui vous préoccupe, n’hésitez pas à communiquer avec moi ou les membres de mon équipe. Il nous fera plaisir de donner suite rapidement et de manière rigoureuse à votre demande.

Parmi les fonctions qui m’ont été attribuées, j’exerce la responsabilité de vice-président de l’Assemblée nationale. Le président, M. Yvon Vallières, m’a confié la présidence du Comité consultatif sur la télédiffusion, webdiffusion et l’utilisation des technologies dans les travaux parlementaires. À ce titre, je conseille la Présidence sur les actions à prendre quant aux différents dossiers liés à l’information disponible sur le canal et sur le site de l’Assemblée nationale. Je dois également apprécier les demandes des trois groupes parlementaires ainsi que celles venant de l’extérieur.

Au chapitre des relations interparlementaires, j’ai été nommé président délégué aux activités de la Délégation de l’Assemblée nationale pour les relations avec la Communauté française de Belgique et de la région Wallonne/Belgique.

Je vous rappelle que les fonctions qui m’incombent à titre de vice-président sont parties intégrantes de la Présidence de l’Assemblée nationale. Aussi, je joue un rôle important dans la vie parlementaire en dirigeant les séances de l’Assemblée nationale, hormis la période des questions. Je bénéficie de règles plus souples concernant la pleine et entière neutralité que celles imposées au président. Toutefois, je dois faire preuve de sensibilité politique avant d’intervenir afin de maintenir la crédibilité nécessaire pour présider les débats avec neutralité.

En tant que vice-président, je reste un élu, un député de … et je peux ainsi prendre position et émettre des opinions sur des sujets débattus, ou susceptibles d’être débattus par les députés à l’intérieur de mon caucus. Je ne vote pas et je n’interviens pas en Chambre sur les lois et les motions présentées à l’Assemblée.

Je vous invite à consulter les autres sections de mon site pour connaître les services offerts à mes deux bureaux de comté, La Sarre et Amos, et toutes les informations en lien avec la circonscription, les communiqués, mes chroniques régulières et les nouvelles du Parti Québécois d’Abitibi-Ouest.

Au plaisir de bien vous servir!
 

Pétition à l’Assemblée nationale : Vous voulez dénoncer une situation que vous considérez injuste? Mon équipe vous expliquera les démarches nécessaires à la préparation d’une pétition conforme et de son dépôt à l’Assemblée nationale.