Communiqué

​Remaniement ministériel

Un pied de nez libéral aux régions du Québec

Québec, le 12 octobre 2017 – Le porte‑parole de l’opposition officielle en matière de développement des régions et de décentralisation, Sylvain Gaudreault, ainsi que le député d’Abitibi-Ouest, François Gendron, déplorent le pied de nez fait aux régions du Québec par le gouvernement libéral lors du dernier remaniement. « Le développement économique régional est une fois de plus confié à un député de la grande région métropolitaine, l’occupation du territoire reste entre les mains de Martin Coiteux, et le dossier de l’énergie et des ressources naturelles est remis au responsable de la disparition des CRÉ et des CLD. C’est inconcevable! », ont réagi les députés.
 
 EN BREF
 
Coupes et centralisation à outrance : les régions du Québec sont les laissées-pour-compte du gouvernement libéral depuis 2014;
Plutôt que de s’intéresser réellement au sort des régions, Philippe Couillard va chercher un ministre responsable de leur développement économique dans la grande région métropolitaine;
Pour en rajouter, il nomme le responsable de la disparition des CLD et des CRÉ à l’Énergie et aux Ressources naturelles;
Un gouvernement du Parti Québécois renverserait la centralisation libérale pour redonner le pouvoir aux régions. 
 
« Dans son soporifique discours de remaniement, le premier ministre a parlé de l’importance de la vitalité de nos régions. À ce sujet, nous avons beaucoup de difficulté à le croire puisque, concrètement, Philippe Couillard dirige un gouvernement centralisateur à outrance qui a coupé énormément dans le développement économique régional. Ce n’est pas en nommant un autre ministre provenant de la grande région métropolitaine qu’il nous fera oublier ses actions. On pense entre autres à l’abolition des CRÉ, à la diminution des budgets des CLD et à la centralisation à outrance dans le secteur de la santé. Une autre insulte pour nos régions est la nomination d’un des responsables de ce fiasco comme ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, alors que ce dossier est au cœur du développement des régions! », a exposé Sylvain Gaudreault.
 
« Un gouvernement du Parti Québécois renverserait cette centralisation excessive en remettant les régions au cœur des décisions qui les concernent. Les fonds de développement régional seraient gérés non pas par Québec, mais bien par les localités elles-mêmes, car elles sont les mieux placées pour juger des bonnes décisions à prendre pour assurer leur développement. Dès que nous serons au pouvoir, en plus de redonner aux régions les sommes qui leur ont été enlevées par l’actuel gouvernement, nous mettrons un cran d’arrêt à toute démarche de centralisation mise en œuvre par les libéraux », a conclu M. Gaudreault.

Partager :