Communiqué

Congrès national du Parti Québécois

« Nous avons un plan solide et nous sommes prêts à défendre les intérêts du Québec et de ses régions » - Gabriel Massicotte

Amos, le 11 septembre 2017 — Les délégués du Parti Québécois de l’Abitibi-Témiscamingue reviennent très satisfaits du 17e congrès national de leur formation politique. Le programme adopté cette fin de semaine est ambitieux. Il permettra, entre autres, de redonner aux régions du Québec comme l’Abitibi-Témiscamingue la place qui leur revient.
 
L’un des moments forts de ce 17e congrès  a certainement été le discours d’ouverture du chef vendredi soir. Jean-François Lisée a convaincu que le Parti Québécois est la seule véritable alternative alors que libéraux et caquistes n’ont rien à proposer aux Québécois. Le nationalisme économique, le soutien aux entrepreneurs, notamment les jeunes et le virage vert sont les priorités du chef et les militants lui ont fait sentir qu’ils étaient avec lui comme en témoigne le fort appui de 92,8% qu’ils lui ont donné.
 
« Sous un gouvernement du Parti Québécois, il est clair que les régions recommenceraient à se déterminer elles-mêmes. Que ce soit en santé, en éducation et dans les organismes de concertation, les libéraux nous ont dépouillés et dès 2018, nous corrigerons ces gestes injustifiés, inadmissibles et déstructurants. Nous redonnerons à l’Abitibi-Témiscamingue son pouvoir de détermination », a déclaré le président régional et d’Abitibi-Ouest, Gabriel Massicotte.
 
La souveraineté : Le seul projet qui reste
 
Si le processus référendaire a été inscrit au calendrier pour 2022, ni le chef ni les militants n’ont l'intention de cesser de parler d’indépendance. « Comme l’a si bien dit M. Lisée, Philippe Couillard et François Legault, nient la capacité du Québec à se gouverner et c’est un manque de respect total. Même Justin Trudeau a dit non au fédéralisme. Ce qu’il reste sur la table, c’est un statu quo, inacceptable, et le projet de pays », a pour sa part affirmé la présidente du PQ Abitibi-Est, Élizabeth Larouche.
 
Travail des délégués
 
Le travail des délégués de l’Abitibi-Témiscamingue et de partout ailleurs au Québec n’a pas été de tout repos. En atelier d’abord, le travail a été colossal afin d’étudier chacune des propositions qui ont été amenées par les militants des quatre coins de la nation. « C’est un travail minutieux et les membres nous ont accordé leur confiance en nous envoyant en tant que délégué. Il fallait être à la hauteur de leurs attentes », a renchéri la présidente de Rouyn-Noranda–Témiscamingue, Manon Leclerc.
 
Les propositions régionales adoptées par l’ensemble des délégués reflètent véritablement les besoins et la réalité de l’Abitibi-Témiscamingue.
 
Parmi les propositions adoptées par le congrès on retrouve :

Proposition d’urgence

 

 
 

Partager :