Communiqué

Mise à jour économique

« Ne vous réjouissez pas trop vite ! La liste des victimes et des dommages est trop longue » - Gabriel Massicotte

Amos, le 21 novembre 2017 — Le président du Parti Québécois d’Abitibi-Témiscamingue, Gabriel Massicotte, est déçu de la mise à jour économique annoncée aujourd’hui par le ministre des Finances, Carlos Leitao, ajoutant même qu’il n’y a vraiment pas de quoi se réjouir.
 
« Les rapports de la Protectrice du citoyen sont accablants. L’austérité dans laquelle nous a plongé le gouvernement libéral et qui a rendu possible ces baisses d’impôt a eu des impacts néfastes sur les conditions de vie de nos aînés dans les CHSLD, les prestataires de l’aide de dernier recours, les élèves en difficulté dans nos écoles vétustes de surcroît…», a déclaré Gabriel Massicotte.
 
Saine gestion de façade
 
Comme le dénonçait récemment la Coalition populaire en santé et services sociaux d’Abitibi-Témiscamingue, ce sont des compressions de près de 30 M $ qui sont demandées au Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue. Pourtant, le gouvernement libéral nage dans les surplus alors que l’accessibilité et la qualité des soins sont compromises.
 
Pour ajouter au cynisme, plutôt que de réinvestir là où les besoins sont criants, les libéraux offrent une réduction d’impôt et un chèque sans commune mesure  avec ce qu’ils ont enlevé. « Le 200 $ ne sera pas suffisant pour que les familles québécoises  puissent payer des services d’orthopédagogie ou de l’aide pour le maintien à domicile », a poursuivi le président régional.
 
Redonner au Québec son plein potentiel
Les dégâts causés par Philippe Couillard, Gaétan Barrette et Luc Blanchette ne pourront être réparés par des baisses d’impôt électoralistes. Ces façons de faire relèvent de la vieille politique. Pour le Parti Québécois, la solution consiste à réinvestir dans les services et infrastructures en santé et en éducation notamment.
 
« La CAQ et le PLQ veulent moins d’État et continuer de couper dans les services. Au Parti Québécois, on fait le choix contraire parce qu’on veut un Québec qui réalise son plein potentiel », a conclu le président du Parti Québécois d’Abitibi-Témiscamingue, Gabriel Masicotte.
 
 

Partager :