Communiqué

Sur le Chemin des victoires

Le Parti Québécois d’Abitibi-Témiscamingue portera la voix de la région

Amos, le 24 mai 2017 — Les présidents de circonscription du Parti Québécois en Abitibi-Témiscamingue sont fiers et heureux du travail réalisé dans le cadre du processus des congrès tenus ce printemps. Les militantes et militants ont fait leur travail afin d’adopter des propositions fortes à l’image de notre région.
 
Lors du congrès régional du 29 avril dernier, huit propositions à caractère essentiellement régional ont été adoptées par les délégués. « Il s’agit d’un travail colossal qui a d’abord été réalisé par les membres de chacune des circonscriptions et, ensuite, par les délégués régionaux. À la fin, ce sont des propositions résolument en faveur de régions fortes, dynamiques  et autonomes que nous avons adoptées », a expliqué la présidente du Parti Québécois d’Abitibi-Est, Élizabeth Larouche.
 
« En septembre prochain, la population d’Abitibi-Témiscamingue pourra compter sur nous pour que notre région soit bien représentée dans le programme que nous adopterons », a pour sa part déclaré la présidente du PQ de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Manon Leclerc.
 
Le PQ d’Abitibi-Témiscamingue se rajeunit
 
Le Parti Québécois constate un rajeunissement de ses membres. Ce constat se vérifie également en Abitibi-Témiscamingue alors que 13 des 30 personnes élues dans les trois exécutifs sont âgées de moins de 40 ans. L’exécutif d’Abitibi-Ouest mène la barque avec pas moins de 60% de ses membres âgés de moins de 40 ans, dont le plus jeune est âgé de 16 ans.
 
« Nous sommes évidemment très heureux de cette situation. Nous n’avons pas eu à courir après eux. Ils sont venus parce qu’ils savent que le véhicule politique des jeunes, celui qui va faire progresser leurs idées, leurs valeurs, c’est le Parti Québécois », a conclu le président régional, Gabriel Massicotte.
 
ANNEXE 1 – Les propositions adoptées par les délégués régionaux
 
·         Soutenir les nations autochtones afin qu'elles puissent protéger les langues autochtones menacées et remédier aux inégalités socio-économiques qui les affectent.
 
·         Enrichir les contenus des programmes afin de favoriser la reconnaissance de l'identité autochtone et valoriser les cultures et visions du monde autochtone tout au long du parcours scolaire.
 
·         Définir les nouveaux pouvoirs des régions, des territoires et des municipalités où chaque région développera un modèle qui correspond à sa réalité et à ses besoins en assurant une pleine participation des citoyens et des citoyennes dans la définition des pouvoirs et des besoins.
 
·         En agriculture, ajouter des programmes qui répondent spécifiquement aux enjeux régionaux.
 
·         Revoir la règlementation encadrant les activités de chasse et de pêche pour les non‑résidents du Québec afin de favoriser la vitalité économique des secteurs touristiques régionaux.
 
·         Revoir l’organisation des services préhospitaliers d’urgence et leur déploiement sur le territoire du Québec, notamment en révisant la formule du partage de risques entre les entreprises responsables et l’État.
 
·         Contribuer politiquement et financièrement au maintien et au développement d’un pôle d’expertise en acquisition de connaissances et en gouvernance de l’eau souterraine en Abitibi-Témiscamingue.
 
·         Développer rapidement une réelle infrastructure de recharge rapide sur les grands axes du territoire notamment sur les axes routiers principaux reliant les régions éloignées ou enclavées aux grands centres.

Partager :