Communiqué

Gestion de l’offre

Le Parti libéral et la CAQ sont prêts à sacrifier les agriculteurs du Québec

Amos, le 14 juin 2018 —  Le député d’Abitibi-Ouest, François Gendron, dénonce le fait que le Parti libéral et la Coalition Avenir Québec aient abandonné les producteurs laitiers et les agriculteurs du Québec. Alors que les attaques protectionnistes américaines se multiplient, le Parti Québécois, lui, se porte à la défense de notre agriculture, refusant tout compromis relativement à la gestion de l’offre et aux produits laitiers québécois.
 
 EN BREF
 
En refusant de défendre la gestion de l’offre dans sa forme actuelle, le PLQ et la CAQ abandonnent les producteurs laitiers et les agriculteurs du Québec et affaiblissent notre rapport de force face aux États-Unis.
L’industrie laitière québécoise a déjà fait suffisamment de compromis; elle a besoin de soutien de la part de ses élus, et seul le Parti Québécois peut le lui apporter.
Un gouvernement du Parti Québécois protégera le modèle des fermes familiales et la qualité de nos produits alimentaires. 
 
« Au moment où Donald Trump nous impose une guerre commerciale, le gouvernement libéral et la CAQ envoient le message qu’ils sont prêts à accepter que les agriculteurs et le Québec servent de monnaie d’échange en refusant de fermer la porte à d’éventuelles concessions dans la gestion de l’offre, alors que la pérennité de notre production laitière en dépend. Soulignons que cette industrie a déjà fait les frais des deux dernières rondes de négociation de libre-échange; à l’heure actuelle, les producteurs sont aux prises avec un manque à gagner de 30 000 $ par année, en moyenne », a rappelé François Gendron.
 
Le député s’inquiète, car tout indique que de nouveau, les fermes laitières du Québec et nos producteurs ne feront pas le poids face aux attaques des États-Unis contre notre système de gestion de l’offre. « Le Canada a fait son choix : les autres provinces avant le Québec. Souvenons-nous qu’il a déjà sacrifié les fromagers québécois au profit du bœuf de l’Ouest, et ce, avec la complicité du Parti libéral et l’appui de la CAQ. Et les Américains, qui ont déjà bénéficié de certaines largesses d’Ottawa quant aux importations laitières, en veulent toujours davantage. Résultat : on peut s’attendre à des ravages, à ce que les producteurs laitiers québécois soient abandonnés », a‑t‑il poursuivi.
 
« Les Québécois peuvent par ailleurs constater que la CAQ suit le mauvais exemple du Parti libéral : elle refuse que le Québec parle d’une seule voix pour s’opposer aux augmentations des quotas d’importation de lait étranger. À preuve, le refus des deux partis d’appuyer notre motion à cet effet déposée le 12 juin dernier », a ajouté François Gendron.
 
La CAQ a-t-elle une crédibilité lorsqu’elle tente de défendre les agriculteurs? « Absolument pas. Même qu’elle a de plus en plus de difficulté à camoufler son discours anti-gestion de l’offre, que portent certains de ses candidats. Les Québécois sont fiers de leurs fermes familiales et de la qualité de leurs produits alimentaires; ils souhaitent que leurs représentants défendent bec et ongles notre agriculture et la gestion de l’offre dans sa forme actuelle. C’est ce que fera le gouvernement du Parti Québécois dès le 1er octobre prochain », a conclu le député d’Abitibi-Ouest, François Gendron.

 
 

Partager :