Communiqué

Budget 2017

François Gendron réclame un réinvestissement pour les familles et les régions

Amos, le 22 mars 2017 – « Le gouvernement a causé suffisamment de dégâts. Les coupures ont nui aux services aux élèves, aux soins de santé et aux régions comme la nôtre. Ça va faire! Il faut maintenant réparer et aider les familles, les PME, les élèves, les patients et les aînés », a déclaré le député d’Abitibi-Ouest et vice-président de l’Assemblée nationale, François Gendron.
 

En moyenne, 1125 $ pour chaque famille du Québec

« Le gouvernement libéral a augmenté les tarifs de plus de 1100 $ par ménage depuis son arrivée. Si le Parti Québécois préparait le budget de la semaine prochaine, nous aiderions les familles du Québec. L’argent est disponible en gelant la rémunération exagérée des médecins et en mettant fin à leur incorporation. Cela dégagerait 625 M$ pour les familles du Québec, victimes des libéraux », a déclaré François Gendron.
 

Avec ces 625 M$, le Parti Québécois propose trois mesures :

 

 
« Le choc causé par la hausse du tarif des services de garde a touché de nombreuses familles de la classe moyenne. Nous devons réparer cette erreur libérale. Rétablir le tarif est également une façon de mettre en valeur nos services de garde publics, qui travaillent tous les jours pour éduquer nos tout-petits dans un milieu sécuritaire », a mentionné le porte-parole en matière de famille, Claude Cousineau.
 
« Nos élèves ont subi les effets des coupes libérales en éducation; il faut réinvestir de façon durable, au-delà des promesses libérales et des artifices comptables. Il faut sortir de ce cafouillage, alors que les besoins explosent dans le réseau, que le nombre d’élèves en difficulté augmente et que plusieurs écoles tombent en ruine », a de son côté précisé Alexandre Cloutier.

 
Réparer les dégâts libéraux

Le porte-parole du Parti Québécois en matière de finances, Nicolas Marceau, a quant à lui indiqué que le surplus budgétaire, réalisé sur le dos des Québécois, devrait être réinvesti en totalité dans les services aux citoyens, principalement en éducation, en santé, en protection de la jeunesse et dans le logement social. « Et, soyons clairs, cela ne fera que pallier une partie de toutes les sommes manquantes dans les réseaux de santé et d’éducation. La qualité de vie des aînés, des services aux élèves, un meilleur accès aux soins, à domicile et en santé mentale, là devraient être les priorités », a-t-il énuméré.


Il rappelle que les surplus budgétaires ont été réalisés aux dépens des missions essentielles de l’État, par des coupes dans le financement de la santé, de l’éducation, de l’aide aux aînés et d’autres services publics. L’année dernière (2015-2016), le financement des missions a été pratiquement nul (0,4 %), alors que le maintien du panier de services demandait de couvrir une inflation de 3 %. La coupe se chiffrait à 1,7 G$. Pour l’année en cours (2016-2017), le financement des missions est en hausse de seulement 1,7 %, alors qu’on nous avait promis un réinvestissement de 4 %. Cette année, la compression est de 1,5 G$. L’effet réel de l’austérité libérale s’élève donc à 3,2 G$ pour les deux dernières années.
 

Investir pour nos PME et pour nos régions

« L’an dernier, les exportations du Québec aux États-Unis ont baissé de 4 %. Le plan de Philippe Couillard ne fonctionne pas! Il faut envoyer un message fort aux entreprises et les soutenir dans l’ouverture de nouveaux marchés. Pour les entreprises de moins de 250 employés ou de moins de 50 M$ de chiffre d’affaires, chaque tranche de revenu de un million de dollars additionnelle réalisée en exportations serait libre d’impôt », a ajouté Nicolas Marceau.
 
« Les entrepreneurs sont une véritable richesse sur laquelle le Québec, incluant l’Abitibi-Témiscamingue, peut compter.L’une des clés de la réussite, c’est un réseau Internet haute vitesse et de téléphonie cellulaire. Nous proposons au gouvernement du Québec de prendre 10 % du montant alloué cette année au Fonds des générations, soit 250 M$, et d’investir cette somme dans le déploiement d’un tel réseau, pour couvrir le plus rapidement possible toutes les régions du Québec », a poursuivi le député d’Abitibi‑Ouest.
 
« Après les années d’austérité, les coupes et maintenant l’austérité 2.0, nous demandons au gouvernement libéral d’aider les familles du Québec. Le Parti Québécois propose des mesures concrètes, ciblées, afin de soutenir nos élèves, nos aînés, nos patients, nos PME et nos régions. Parce qu’il est temps », a conclu le député d’Abitibi-Ouest,François Gendron.
 

Partager :