Communiqué

Desserte ambulancière

François Gendron appuie les ambulanciers et demande au ministre Barrette d’agir

 Amos, le 9 mars 2018 — Le député d’Abitibi-Ouest et vice-président de l’Assemblée nationale appuie l’entreprise Dessercom (anciennement Ambulances Abitémis) qui, depuis des années, demande au ministère de la Santé et des Services sociaux d’agir afin de stabiliser la desserte ambulancière en Abitibi-Témiscamingue. Les annonces faites il y a quelques mois par le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, sont un bon départ, mais le député Gendron rappelle que la région a cinq pôles principaux.
 
« Je crois fermement qu’il est temps que ce dossier soit réglé une fois pour toutes. Par exemple, l’hôpital d’Amos est l’un des seuls hôpitaux au Québec à compter sur des ambulanciers affectés à des horaires de faction uniquement, alors qu’il s’agit du centre de traumatologie régional », a déclaré le député d’Abitibi-Ouest.
 
François Gendron estime que le gouvernement doit agir puisqu’il bénéficie d’une marge de manœuvre budgétaire. « Les investissements de 2,5 M$ à Val-d’Or et à Rouyn-Noranda sont de bonnes nouvelles pour les citoyens de ces secteurs. Toutefois, la région ne se limite pas à ces deux villes seulement, malgré ce que laissent parfois croire les propos de mes collègues élus à l’Assemblée nationale. Il faut respecter l’ensemble des citoyens de la région. Le modèle régional que j’ai toujours défendu durant ma carrière doit demeurer », a-t-il affirmé.  
 
Il faut se rappeler que trop souvent dans ce dossier, on a attendu que l’irréparable survienne avant d’agir. Permettons aux paramédics de sauver des vies! « Il n’y a pas de citoyens de seconde zone. Tous ont droit aux mêmes services », a conclu le député d’Abitibi-Ouest, François Gendron.

Partager :